MODE NORMAL  MODE CONTRASTE ÉLEVÉ     VOTRE COMPTE
 
 
 
   
 
MODE NORMAL

dictee

Les dictées de la Médiathèque

Au printemps, la Médiathèque participe à la Semaine de la langue française, manifestation nationale organisée par le Ministère de la Culture, en proposant aux amoureux de la langue une dictée créée et animée par les meilleurs spécialistes du domaine.

Retrouvez ici ce rendez-vous régulier des passionnés de la langue française, les personnalités qui ont créé les textes proposés à Tourcoing et les dictées qui vous permettront de tester vos connaissances en orthographe.

 

  picto coupe    Pour consulter le barême et le règlement
 

2017 : La dictée de Bruno Dewaele

 Bruno Dewalle

Qui est Bruno Dewaele ?

Tout simplement le premier champion de France d’orthographe (titre reçu en 1985) et le champion du monde toute catégorie 1992.
Celui qui déclare « Je préfère me promener dans le Larousse plutôt que dans le Larzac » est originaire d’Hazebrouck où il vit toujours et où il exerce le métier de professeur agrégé de lettres modernes. Il est bien sûr l’auteur de nombreux livres sur l’orthographe. Sa chronique langue à la Voix du Nord qu’il publie depuis 1995 lui confère une grande notoriété dans la région. Bruno Dewaele a été nommé Chevalier des arts et des lettres en 2000, honoré pour son activité inlassable en faveur de la langue française. Alliant toujours humour et savoir, il anime régulièrement dictées et autres manifestations autour de l’orthographe. Sa carrière et sa passion sont bien résumées par la journaliste Rosanne Mathot qui écrit à son propos dans le hors-série de «Causette » de juillet-août 2014 :
« Bruno Dewaele est un randonneur de la grammaire, un baroudeur du dictionnaire, un athlète de l'orthographe. Le sexagénaire tripote les mots depuis longtemps. Huit livres, une chronique bimensuelle dans La Voix du Nord, 1 200 billets sur son blog, l'agrégé de lettres modernes, qui officie dans le Nord, est un hyperactif tranquille. Même le mythique Bernard Pivot lui voue une admiration presque incrédule. »

Retrouvez-le sur son blog consacré à la langue français qui a pour nom Par mots et par vaux

 Pour connaître les livres de Bruno Dewaele présents à la médiathèque

La révolution numérique

Il ne faudrait surtout pas que vous croyiez le passionné d'orthographe rétif à la modernité, quelle qu'elle soit. Que, pour mieux se pénétrer des avatars de notre langue, il parcoure plus souvent qu'à son tour les pages vieillottes de dictionnaires surannés ; qu'il y demeure assez longtemps pour que se déclare incontinent, chez l'allergique qu'il est quelquefois, une rhinite de derrière les folios, cela ne veut pas dire qu'il vive en autarcie ! J'en connais même plus d'un – et, quoi que vous en pensiez, ce n'est pas là un canular – qui soit capable de vous télésnober sans l'ombre d'un remords, pour peu que l'appareil utilisé (un nomade, évidemment !) héberge les applis propres à étancher une soif inextinguible de savoir.

(fin juniors)

Sachez donc, bonnes gens trop souvent abusés par les on-dit, que l'on peut s'immerger dans notre lexique tout en étant de son époque. Ce n'est certes pas un inoffensif nuage, ressortît-il à l'informatique, qui va impressionner quelqu'un ayant toujours accueilli parmi ses favoris cirrus et cumulonimbus ; un vulgaire pirate, que l'on aura à cœur de ne pas écrire hacker, qui déstabilisera quiconque n'a jamais hésité, pour s'imprégner du vocabulaire de la flibuste, à faire la hune et le reste du galion dans leurs moindres recoins ; quelques émoticônes ou émojis plus ou moins raffinés qui rebuteront cet obsédé textuel, il est vrai moins affamé de symboles que de diacritiques.

(fin pour les adultes amateurs)

Mieux : la plupart des jusqu'au-boutistes susdits ne se seront pas seulement accommodés de ce hurricane subit que leur aura valu le numérique. S'il s'en faut qu'ils se soient métamorphosés en geeks, prompts à jongler avec les doubles-clics, les raccourcis clavier et les mots-dièse, beaucoup, en fureteurs qui se respectent, se seront fait un plaisir de repérer dans leurs éternels dicos ces captchas, yottaoctets et accès séquentiels qui vont bien à dire, un peu moins à coucher sur le papier ! Non qu'ils veuillent faire leurs nerds (la fanfaronnade n'est pas leur fort), mais parce qu'ils comptent, grâce à eux, mystifier enfin leurs pairs...

(fin pour les adultes professionnels)

On acceptera : hackeur, émoticones, leur nerd.

 

Test pour départager les éventuels ex aequo :

Écrivez correctement ces mots qui riment avec numérique :

- trafic, rhétorique, gimmick, zygomatique, schmilblick ou Schmilblick

(juniors)

- apparatchik, scolastique, moujik, triptyque, anxiolytique

(fin pour les adultes amateurs) ;

- carrick, paronyque, haïk, polytric, chachlik

(fin pour les adultes professionnels)

dictee 2017

 

 

2015 : La dictée de Jean-Pierre Colignon

Jean-Pierre Colignon

Qui est Jean-Pierre Colignon ?

« Correcteur d’imprimerie, d’édition, puis de presse, j’ai même été le plus jeune correcteur de France après avoir passé le test professionnel à 18 ans et 3 mois. Durant une vingtaine d’années, j’ai été chef du service correction du journal Le Monde. A partir de 2002, je suis passé rédacteur, auteur de chroniques langagières, et de critiques de livres (langue française), et, au sein de la direction générale des rédactions, conseiller linguistique pour l’ensemble des journaux du groupe Le Monde… »

Mais les facettes de Jean-Pierre Colignon sont multiples et sa boulimie de belle langue est incomparable ! Membre de 3 commissions ministérielles de terminologie, il participe aux actions de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France. Cruciverbiste, il rédige les mots-croisés de Lire et de Sélection du Reader’s Digest. Coach en orthographe, grammaire, et langue française en général, il a formé de nombreux étudiants, en particulier ceux de l’école supérieure de journalisme de Lille. Membre du jury des Dicos d’or de Bernard Pivot, il conçoit, organise et anime régulièrement des dictées dans toute la France et jusqu’au Maroc. Il détient d’ailleurs le record de France de la rédaction de dictées avec quelque 300 textes à son actif !

Retrouvez-le sur son blog

 Pour connaître les livres de Jean-Pierre Colignon présents à la médiathèque

 

Le salon de loto

Des oriflammes jaune citron déployées dans les rues de Tourcoing ont annoncé depuis quelque vingt jours un festival des jeux de société qui se tiendra, pour la Sainte-Clémence, sur plusieurs terre-pleins du centre-ville. D’aucuns auraient voulu y associer quelques compétitions sportives telles qu’un tournoi de football à sept joueurs, mais ce mélange des genres ne fut pas accepté par la majorité des organisateurs…

Les Tourquennois sélectionnés afin de défendre les couleurs de leur ville arborent fièrement des maillots jaune et noir et des foulards en tussor. Curieusement, le champion ès dominos est par ailleurs un as du cyclisme sur route, bien connu pour parcourir sans trêve sur son vélo tout-terrain les routes, voire les sentiers cahoteux, du nord de la France. Dût-il, pour cela, inquiéter les paisibles promeneurs, dont plus d’un devait souvent s’écarter précipitamment pour lui laisser la voie libre !

(fin juniors)

L’étoile locale du lancer de fléchettes est une quincaillière aux cheveux noir de jais qui a la particularité d’être aussi nyctalope que des animaux comme les persans et les siamois, entre autres. Cette particularité lui vaut d’être également une vedette du tir de nuit à la carabine. Toutefois, les détonations ô combien tardives de ses séances nocturnes d’entraînement perturbent gravement le sommeil des oiseaux nichant dans la futaie contiguë à son jardin. Traumatisés, les pauvres halètent alors tel un bébé...

Les spectateurs se réjouissent à l’avance d’assister aux parties acharnées de belote, où, à l’instar de celui qui, à l’écarté, est battu en cinq sec, le capot râle. Les confrontations opiniâtres et désopilantes des joueurs de billard attirent nombre des badauds qui se sont plu à venir au festival, alors que beaucoup de parents se sont laissé convaincre de participer avec leur progéniture au tournoi de petits chevaux.

Afin d’attirer un vaste public au-delà des aficionados des jeux de société, on a également organisé, dans un salon d’honneur, un jeu de hasard très populaire consistant à recouvrir complètement, avec des pions numérotés tirés d’un sac, des cartons attribués aux participants. Les lots étant fort attrayants, beaucoup se prennent au jeu !

Test pour départager les éventuels ex aequo :

Par acquit de conscience, avant la cérémonie, le curé, natif de la région administrative Champagne-Ardenne, alla vérifier que des pince-sans-rire n’avaient pas rempli de côtes-du-rhône les fonts baptismaux !

(juniors)

Les deux hautes-contre ébroïciens que l’on avait entendus chanter des cavatines de Mozart laissèrent la place à un groupe carolomacérien qui interpréta des chorals de Bach.

(seniors)

dictee 2015

 

 

2014 : La dictée de Julien Soulié

Julien Soulié

Qui est Julien Soulié ?

Trentenaire, professeur de lettre classique, Julien Soulié a enseigné au collège Albert Roussel de Tourcoing… Ses passions sont l’écriture, les dictées et l’orthographe. En collaboration avec Bruno Dewaele, il a élaboré la « certification Voltaire » (certificat de niveau en orthographe reconnu par plus de 400 grandes entreprises et service en ligne gratuit d’entrainement en orthographe)…
Auteur de mots croisés publiés dans la revue « 7 étoiles », il aime autant jouer qu’apprendre…
Chantre de l’orthographe festive, il aime manier l’humour comme en témoigne sa formule préférée « Quand on vous reproche une faute de français, répondez que c’est un latinisme » ! 2013 restera une grande année pour lui car il publie les « Exercices d’orthographe pour les nuls » chez First Editions et reçoit le Timbre d’or des Timbrés de l’orthographe.

Retrouvez-le sur son blog consacré à la langue français qui a pour nom Motsahic

 Pour connaître les livres de Julien Soulié présents à la médiathèque

La diagonale du fou

Nul besoin, en l’occurrence, d’être un fan de roque* pour connaître la musique : qu'il s’agît ou non d’échecs, quelques bizarroïdes épithètes qu’on ait employées – azimuté, siphonné ou maboul* – , les fous furent toujours ceux que les bonnes gens avisés ont imaginés zigzaguant hors du droit chemin de la rationalité. Les hommes de Neandertal chassant l’aurochs ne nous paraissent-ils pas déjà un peu marteaux avec leurs bifaces acérés ? Dans l’Antiquité, plus d’un comédien sorti de la cuisse de Jupiter se serait récrié : "Aucunes dionysies sans affolantes ménades folâtrant à tire-larigot !" Et que fût Bacchus devenu sans ses satyres un tant soit peu brindezingues ?

(fin juniors)

Quant à nos rois hurluberlus tel Charles VI le Fou, entre Jean sans Peur et la guerre de Cent Ans, quelle marotte ont-ils laissée* aux bouffons pleins* d’une insanité pourtant toute révérencielle ? Aujourd’hui, dans nos sociétés ultra sécurisées, certes chacun corsète jusqu’à sa loufoquerie la moins aiguë afin d’agir a priori sensément : mais qui oserait prétendre qu’il ne bat jamais la breloque – les tic-tac qui rendent toc toc, pour ainsi dire ? Si je faux à mon devoir d’homo sapiens du vingt et unième siècle et que je défaus, extravagué-je irrémissiblement ? Or comment vainc-t-on les coquecigrues de l’existence ? Seul (e) ? Voire ... Nous avons tous besoin d’un alter ego, s’avérât-il un fol allié !

(fin adultes amateurs)

Toutefois – révérence parler –, quel ouf, quel sinoque*, quel frappadingue pourrait nous aider à ne pas sombrer dans le pithiatisme ou l’athymhormie ? Un postier un peu timbré, recommandé pour les lettres exprès mais dûment affranchi au stellionat par d’effarants dols ? Un epiquée de la tarentule, surfant sur la Toile en quête d’épeires diadèmes ou de crabes araignées ? Une toquée du caf’conc’ qui ambiançât les Folies-Bergère, telle qu’un Trenet et une Mistinguett ? Ou un fêlé de linguistique spécialiste du khoin et du vrai mandingue ? ... Brisons là, assez de fariboles : plût à Érasme et à son ami More que vos encéphales chahutés par tant de vésanie* ne devinssent point les loges de la folie ...

(fin adultes professionnels)

dictee 2014

 

* Variantes acceptées : roques – azimutés, siphonnés ou mabouls – quelles marottes ont- ils laissées – au bouffon plein – cinoque – vésanies

 

2013 : La dictée de Bruno Dewaele

 Bruno Dewalle

Qui est Bruno Dewaele ?

En 2013, Tourcoing a accueilli le premier champion de France d’orthographe (titre reçu en 1985) et le champion du monde toute catégorie 1992, jamais détrôné à ce jour.
Celui qui déclare « Je préfère me promener dans le Larousse plutôt que dans le Larzac » est originaire d’Hazebrouck où il vit toujours et où il exerce le métier de professeur agrégé de lettres modernes. Il est bien sûr l’auteur de nombreux livres sur l’orthographe. Sa chronique langue à la Voix du Nord qu’il publie depuis 1995 lui confère une grande notoriété dans la région. Bruno Dewaele a été nommé Chevalier des arts et des lettres en 2000, honoré pour son activité inlassable en faveur de la langue française. Alliant toujours humour et savoir, il anime régulièrement dictées et autres manifestations autour de l’orthographe. Sa carrière et sa passion sont bien résumées par la journaliste Rosanne Mathot qui écrit à son propos dans le hors-série de «Causette » de juillet-août 2014 :
« Bruno Dewaele est un randonneur de la grammaire, un baroudeur du dictionnaire, un athlète de l'orthographe. Le sexagénaire tripote les mots depuis longtemps. Huit livres, une chronique bimensuelle dans La Voix du Nord, 1 200 billets sur son blog, l'agrégé de lettres modernes, qui officie dans le Nord, est un hyperactif tranquille. Même le mythique Bernard Pivot lui voue une admiration presque incrédule. »

Retrouvez-le sur son blog consacré à la langue français qui a pour nom Par mots et par vaux

 Pour connaître les livres de Bruno Dewaele présents à la médiathèque

Mots sans frontières

Voilà revenus la Semaine de la langue française ainsi que son bouquet de mots fétiches, lesquels sont censés cette année nous consoler de la mainmise grandissante de l'anglo-américain sur nos us et coutumes langagiers.
C'est qu'il n'est pas rare, quoi qu'on en pense, que l'étranger ait à son tour un authentique coup de foudre pour nos propres vocables ! Conclurons-nous pour autant à un vif « désir de français » hors de l'Hexagone, comme les parrains de l'opération s'ingénient, en l'occurrence, à nous le faire croire ? Si tentante qu'elle soit, l'hypothèse semble hardie, voire relève de la méthode Coué !
Plus modestement, bornons-nous à admirer que, face au rouleau compresseur de la mondialisation, notre idiome ait su se protéger et préserver une part, fût-elle infime, de son cachet !

Pour ce faire d'ailleurs, pouvait-on rêver atelier plus approprié que la médiathèque André-Malraux ? Ladite structure ne s'est-elle pas fixé pour principal – sinon unique – dessein d'ouvrir les esprits sur le monde ? Et, au(-)delà, n'est-ce pas l'équipe municipale tout entière qui, soucieuse de confronter les savoir-faire, privilégie les contacts tous azimuts avec, entre autres partenaires, ses vis-à-vis des nations polonaise, portugaise, et bientôt centrafricaine ?
Au reste, il ne fallait pas attendre autre chose d'une ancienne place forte du textile, où tisser des liens est presque une seconde nature ; d'une cité ô combien encline à concilier l'héritage culturel d'hier et les exigences de demain : pourquoi diable s'interdirait-on de pousser la brouette, à l'instar de l'emblématique poète patoisant du cru, puisque celle-ci charrie, du design à l'art contemporain en passant par le jazz, force idées novatrices ?

Quand à Tourcoing les mots se seraient toujours vu préférer les actes, on n'en a pas moins à cœur de leur rendre l'hommage qui leur est dû. La preuve ? Ceux que l'on a élus pour être les ambassadeurs de cette édition 2013 se sont tous faufilés dans la dictée. Au fait, les avez-vous vus passer ?

 

 

 

2012 : La dictée du professeur Rollin

Le professeur Rollin

Qui est le professeur Rollin ?

L’humoriste François Rollin était l’auteur de la dictée proposée par le Ministère de la culture pour l’édition 2012 de la Semaine de la langue française. Né en 1953 à Malo-les-bains, il est connu comme acteur et scénariste. D'abord journaliste au Monde, puis chroniqueur dans les revues Vu de gauche et Fluide glacial, il acquiert une véritable notoriété grâce à la série télévisée Palace. Il y participera avec une bande de « farfelus » composée, entre autres, des dessinateurs de bandes dessinées Gébé, Topor, Willem et Wolinski, à laquelle il faut ajouter Jean-Marie Gourio des Guignols de l'info, François Morel, Jean-Michel Ribes et Jean-Luc Trotignon.
Il y forge son personnage de Professeur Rollin avec lequel il va multiplier les apparitions sur scène ou sur le petit écran. Il participe également aux scénarios des Guignols de l'info. On lui doit notamment la fameuse boîte à coucou de Johnny.
Ses multiples activités le conduisent enfin à la radio où il anime de nombreuses émissions où il manie avec talent humour et absurde.

Retrouvez-le sur son site

  Pour connaître les livres de François Rollin présents à la médiathèque

Corinne Lalondrelle

Dictée mise en voix par Corinne Lalondrelle

« Théâtreuse », formée chez Jean-Marc Chotteau, Corinne Lalondrelle avait dicté le texte du professeur Rollin. Son interprétation résolument burlesque avait choisi de recréer l’atmosphère d’une classe à l’ancienne où les méthodes pédagogiques étaient plutôt originales !

Un journaliste de Nord-Eclair qui avait endossé le rôle d’un élève, fait part de son expérience

 

La dictée du Professeur Rollin (2012)

Je ne vous ai pas beaucoup parlé de moi, jusqu’aujourd’hui. Je ne vous ai livré, à l’occasion, que quelques banalités d’ordre général.

Mais le temps passe, il fauche à l’aveuglette, et j’ai l’intention de changer mon fusil d’épaule, pour vous laisser entrevoir bientôt les arcanes passablement attendus et cependant authentiques de mon idiosyncrasie.

En particulier, j’aimerais vous dire, sous le sceau de la confidence, comment mon tempérament m’éloigne spontanément de l’euphorie matérialiste ou du festin consumériste, et m’attire irrésistiblement vers les joies diaphanes de la spiritualité.

Je forme, en somme, ces temps derniers, le projet de vous ouvrir, bien modestement, le labyrinthe de mon parcours personnel, de vous faire partager cette tendance atavique qui est la mienne à préférer les exaltants sursauts de l’esprit aux plates certitudes de la sécurité pécuniaire.

J’aimerais vous entraîner avec moi sur les pas de Goethe et de Schubert contre ceux de Keynes ou de Marx, et je projette, dans un délire empathique vivifiant, de vous associer et, si possible, de vous convertir à mes préférences philosophiques.

Autrement dit, je songe à vous confier prochainement le secret de mon caractère, l’histoire de ce penchant naturel qui, chez moi, aspire depuis toujours aux transports de l’âme.

 

 

dictee 2012